02/04/2010

Comment appeler son chat ?

Je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager ces quelques lignes :

"Trouver un nom de chat est un art délicat. C'est beaucoup plus, croyez-moi, qu'un simple passe-temps. Et n'allez pas penser que je deviens gaga si je vous dis qu'un chat a TROIS noms différents.

Le premier est le nom qu'il entend tous les jours. Que ce soit Pierre, Auguste, Alonzo, Brindamour, Jonathan ou Victor, Alexandre ou Julien. Tous des noms qui conviennent au train-train quotidien.

Fantaisistes, charmants, d'autres sont des noms rares. Si les uns sont pour eux, les autres sont pour elles. Comme Platon, Electre, Admète ou Jézabel. Ce sont des noms sérieux pour des chats bien à part. Mais un chat a besoin d'un nom à lui tout seul. Un nom personnel, imposant, majestueux. Sinon, comment pourrait-il redresser la queue, hérisser ses moustaches et se voir d'un bon oeil ?
Des noms de cette sorte, il y en a des tas. Que ce soit Munkustrap, Quaxo, Coricopat, ou bien Géléorum ou Bombalurina. De tels noms sont si propres qu'ils ne sont qu'à un chat.

Mais par dessus tout ça, il en existe un autre. Un nom que jamais vous ne sauriez découvrir, pas même si vous aviez tous les dons des apôtres. Seul le chat le connaît et ne saurait le dire.
Quand vous voyez un chat plongé dans ses pensées, la raison, c'est bien simple, est sa quête insondable. Il s'adonne en esprit au plaisir de songer à l'image de l'idée de la pensée sans fond de son nom ineffable et affable. Son indicible et profond et singulier NOM."
(d'après Old Possum's Book of practical cats, T.S. Eliott, 1939)

10:21 Écrit par Siberartic dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : chat, nom, t s eliott |  Facebook |

26/03/2010

Quand Minet se fait vieux...

Une fois qu'il a soufflé sa 10e bougie, le chat entre dans le club du troisième âge.

S'il ne semble pas aller mal en prenant de l'âge, il demande quand même une attention et des soins particuliers, tant au niveau de sa santé que de son hygiène ou de son alimentation.

Passés 10 ans, 4 chats sur 5 connaissent des problèmes dentaires, dus en majeure partie aux dépôts de tartre qui provoquent des infections qui, non traitées, peuvent entraîner des problèmes rénaux ou cardiaques (passage de bactéries dans le sang). Un détartrage est donc conseillé.

Plus les chats vieillissent, moins bien ils entendent (tout comme nous !). Mais on n'a pas encore inventé le sonotone pour chats, donc...
Sa vue se dégrade également, il peut souffrir d'une sclérose du cristallin.

Les chats trop âgés sont parfois incapables de continuer à faire leur toilette, c'est donc à nous qu'il incombe de les aider dans ce cas.

En vieillissant, ils peuvent souffrir de constipation et de flatulences. Dans ce cas, il est important de privilégier les aliments humides et riches en fibres.
Aujourd'hui, la plupart des marques d'alimentation féline proposent une gamme senior spécialement adaptée aux besoins des chats plus âgés et qui leur apporte tout ce dont ils ont besoin en se mâchant facilement.

L'insuffisance rénale fait partie des principales causes de mortalité chez les chats senior. Des excès alimentaires ou des aliments mal équilibrés sont souvent à l'origine de ces problèmes rénaux. Dès lors que votre chat vomit, a la diarrhée et boit plus que d'habitude, il faut consulter rapidement votre vétérinaire. Seule une prise de sang permettra de doser l'urée et la créatinine et révéler si votre chat a ou non des problèmes rénaux et s'il va devoir être nourri avec une alimentation diététique.

Comme les reins, le coeur fonctionne moins bien également et cela entraîne une moins bonne oxygénation des organes. Dans certains cas, des oedèmes des pattes peuvent apparaître.

De toute façon, il est recommandé d'offrir à votre compagnon un bilan de santé annuel.(d'après Spécial Chats, le magazine d'une Passion, 1e trimestre 2010)

Bonne fin de semaine

Véro et les Sibis

25/03/2010

Le rôle éducatif des animaux

"Chiens, chats, lapins ou poissons rouges, tous ces animaux de compagnie sont d'excellents professeurs pour un enfant qui découvre le monde.

Lorsqu'un enfant est en âge de comprendre que les animaux sont des êtres vivants, indépendants et intelligents, il observe leur comportement et apprend chaque jour de nouvelles choses. Il faut évidemment bien lui expliquer que l'animal n'est pas une peluche et qu'il a des sentiments et des émotions, comme tout être vivant.
C'est dans le respect mutuel qu'enfant et animal s'épanouissent côte à côte.

Au début, c'est rigolo : bébé chaton est tout petit, il tète sa maman comme les bébés et ne marche pas encore. Puis, en devenant grand, Minou a son petit caractère, il ne faut pas le déranger !
Dehors, il court après les oiseaux car, comme dit maman, "c'est son instinct".
Plus tard, hélas !, il y a toujours un moment où Minou nous quitte, vieillesse ou accident, là encore, "c'est la vie".
Il est plus facile d'expliquer à un enfant les différentes étapes de l'existence en prenant pour exemple les animaux.

Avoir un chien ou un chat à la maison, des poules, des chevaux ou des cochons à la ferme, inculque normalement des notions de respect envers la nature et les êtres vivants en général.

La responsabilisation peut commencer tôt.
Vers 3 ans, un enfant peut commencer à donner de l'eau à son chien ou à son chat et le brosser de temps en temps.
Dans le cas d'un enfant unique, un animal de compagnie enseigne le partage : papa et maman ne s'occupent pas uniquement du bébé, ils prennent également du temps pour nourrir l'animal, changer sa cage ou sa litière, l'emmener en promenade ou chez le vétérinaire...

Compagnons de jeux et complices, les chats ou les chiens et les enfants partagent des secrets dont eux seuls ont la clé !

En outre, il paraît qu'il est scientifiquement prouvé qu'n enfant qui a été exposé à plusieurs animaux pendant les premières années de sa vie a moins de risques de développer des allergies lorsqu'il sera adulte qu'un enfant qui aurait grandi sans compagnon à quatre pattes." (in Spécial Chats, le magazine d'une Passion, 1e trimestre 2010)

03/02/2010

Pourquoi 9 vies ?

Voilà une explication (qui en vaut une autre) trouvée sur le blog d'Antiochus :

"Un vieux matou, mathématicien émérite mais fort distrait et incroyablement paresseux, somnolait à l’entrée d’un temple. De temps à autre, il entrouvrait un oeil pour compter les mouches du voisinage et replongeait presque aussitôt dans sa douce léthargie.
Shiva vint à passer par là. Émerveillé par la grâce naturelle, toute féline, que l’animal avait conservée, malgré un embonpoint considérable dû à son oisiveté, le Seigneur des Mondes lui demanda: Qui es-tu et que sais-tu faire?
L'autre, sans même entrebaîller les paupières, marmonna : Je suis un vieux chat très savant et je sais parfaitement compter
- Magnifique ! Et jusqu'où peux-tu compter ? 
- Mais voyons, je peux compter jusqu'à l'infini !
- Dans ce cas, fais-moi plaisir, compte pour moi, l'ami, compte...
Le chat s'étira, baîlla profondément puis, avec une petite moue de dédain amusé, se mit à réciter : un, deux, trois, quatre...
Chaque chiffre était prononcé d'une voix plus murmurante et vague. A sept, le chat était à moitié endormi, à neuf, il ronflait carrément, abîmé dans un sommeil béat.
Puisque tu sais seulement compter jusque neuf, décréta le grand Shiva, souverain des Sphères, je t'accorde neuf vies. 
C'est ainsi que les chats disposent de neuf existences. Mais Shiva, qui était aussi un subtil philosophe, médita longuement. Le matou lui avait assuré qu'il pouvait compter jusqu'à l'infini. Certes, il s'était arrêté au chiffre 9 puis s'était endormi or le sommeil, sans nom, sans forme, n'est-il pas une fidèle préfiguration de l'infini ? 
Alors Shiva compléta son décret: Au bout de ses neuf vies, le chat accéderait directement à la félicité Suprême.

Jolie légende, non ?

Véro et les Sibis

 

  


14:59 Écrit par Siberartic dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : chats, legende, shiva, antiochus, neuf vies |  Facebook |

25/01/2010

Témoignages antiques

Deux témoignages de la présence des chats dans la vie des hommes depuis "la nuit des temps" ou presque :

chat et souris egypte

Il s'agit d'une fresque égyptienne, qui vient de Baouit et qui représente une délégation de souris venues demander pardon à un chat arrogant. La première souris est dodue et porte un sac qui contient probablement des supplications, la seconde - sans doute le "chef" - porte un drapeau, quant à la troisième, elle offre une flasque de vin et des céréales. Les souris représentent évidemment le peuple et le chat représente l'autorité.
(Source : http://www.eternalegypt.org/EternalEgyptWebsiteWeb/
)

"Les ossements d'un chat ont été trouvés à proximité de ceux d'un homme dans une sépulture mise au jour à Chypre et datée de 7500 à 7000 ans avant J.-C., lors de fouilles menées sous la direction de Jean Guilaine du Collège de France. Jean-Denis Vigne, directeur de recherche au CNRS, a montré qu'il s'agit de la plus ancienne preuve d'apprivoisement des chats, dont on admettait jusqu'à ce jour qu'ils auraient été domestiqués par les Egyptiens environ 2000 ans avant JC.

On considère habituellement que les débuts de la domestication du chat se sont déroulés en Egypte, les premiers indices indubitables datant d'environ 2000 ans av. J.-C.

  A la fin des années 80, la découverte d'une mandibule de chat sur l'île de Chypre, à Khirokitia, dans des couches néolithiques datées de plus de 6000 ans av. J.-C., avait déjà suggéré que la domestication de cette espèce avait pu débuter plus tôt et ailleurs qu'en Egypte. En effet, la séparation de l'île de Chypre du continent et l'absence d'une espèce locale de félin à l'époque du néolithique impliquait nécessairement que les hommes du néolithique avaient  volontairement introduit l'animal sur l'île.

 La fouille du site chypriote de Shillourokambos, dirigée par Jean Guilaine sous l'égide du département des Antiquités de Chypre et de l'Ecole française d'Athènes, vient de livrer une sépulture dans laquelle homme et chat sont associés. Elle est datée de 7500 à 7000 av. J.-C. Non seulement elle est plus ancienne de près d'un millénaire que les premiers témoignages de la présence du chat à Chypre, mais elle ne laisse plus de doute sur l'existence d'une relation très forte entre l'homme et le chat dès cette époque, au moins sur le plan de la symbolique. Le chat enterré avec l'humain était âgé d'environ 8 mois et avait pratiquement atteint sa taille adulte. La morphologie du squelette indique une bête de grande taille, semblable aux chats sauvages actuels du Proche Orient. Les modifications morphologiques du squelette associées à la domestication ne sont pas encore visibles, ce qui justifie l'emploi du qualificatif « apprivoisé » plutôt que « domestique ». « Cette relation particulière entre les hommes et les chats pourrait avoir pris naissance au tout début de l'agriculture, les chats ayant été attirés dans les villages par les souris qui profitaient des stocks de grain » indique Jean-Denis Vigne. 

 Le corps de l'animal a été déposé entier dans une petite fosse située à une vingtaine de centimètres du mort. L'animal a pu être tué pour l'occasion. La tombe, particulièrement riche en offrandes par rapport aux autres sépultures connues pour cette période à Chypre suggère que l'individu avait un statut social particulier. De même, le chat inhumé avec le mort était sans doute un animal particulier, puisque d'autres restes de chat trouvés dans des couches contemporaines de Shillourokambos portent des traces évidentes de cuisson et de consommation.

 Quoi qu'il en soit, cette sépulture témoigne de relations entre humains et chats au 8e millénaire av. J.-C., non limitées au profit matériel des hommes, mais impliquant aussi des liens spirituels forts, projetés dans l'au-delà.

 Cette découverte particulièrement spectaculaire suggère que le chat était déjà engagé sur la voie de la domestication au Proche Orient dès le milieu du 8e millénaire av. J.-C., repoussant de plus de 5000 ans les premières relations connues entre l'homme et cet animal."

(Source : http://www2.cnrs.fr/presse/communique/454.htm)

Cela donne à réfléchir, n'est-il pas ? 

Bonne semaine

Véro et les Sibis

09:07 Écrit par Siberartic dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chat, fresque, hommes, chypre, antiquite, egype |  Facebook |

22/01/2010

Lu pour vous...

Au sommaire du numéro de janvier d'Atout Chat :

  • le persan chinchilla, un chat aux yeux maquillés qui ne se prend pas trop au sérieux
  • un article de "fond" sur la PIF
  • un autre article sur l'hygiène dentaire
  • un article qui compare le caractère des chats de race et des chats de gouttière
  • l'Abyssin
  • le Selkirk, un drôle de "mouton" frisé qui ressemble à un nounours en peluche
  • une rencontre avec l'auteure d'un livre intitulé Histoires incroyables d'animaux pas comme les autres
  • les rubriques habituelles (la une, les news, les livres, les BD, le coin des enfants, les expos, les annonces, etc.)

Encore un numéro hyper intéressant, comme c'est souvent le cas avec cette revue de qualité.

Véro et les Sibis

05/01/2010

Un peu d'étymologie...

Etymologie du mot « chat»

L’étymologie peut en dire beaucoup sur l’animal.

Le terme de chat n’apparut dans le vocabulaire francophone qu’à partir du 12ème siècle (1ère mention dans un manuscrit en 1175).
Les chats étaient, auparavant, appelés par le terme latin : « Cattus », qui lui est dérivé du Syrien « gato ».
Ce mot pourrait également provenir de « kadis », mot utilisé par les habitants de Nubie. Puis, avec l’évolution des langues, ce terme dérive sur : « cat » en anglais, « Gato » en italien et espagnol ou encore « Katz » en allemand.
Plus anciennement, les romains appelaient leurs chats « Felis », qui serait dérivé de « feles » dont la signification est voleur, chapardeur. Ce terme de Felis est utilisé dans notre langage pour désigner l'espèce : félins, félidés.
Pour les Grecs, les chats étaient des « galé ». Quant aux Egyptiens, ils ne se compliquaient pas la tâche, en les nommant « Myeou », imitation de leurs miaulements.
Les dérivés du mot chat, tels que chatte, chaton, chatière, n’apparurent, dans la littérature et dans le langage courant qu’au 18ème siècle (source : http://www.epbroye.ch/travauxapp/MPC2006/chat/Histoire.htm#Etymologie) 

Véro

10:36 Écrit par Siberartic dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : chat, latin, grec, egypte, etymologie |  Facebook |